février 20, 2014

L’expo « Geek Generation » – Médiathèque de Bourges

00

Entre deux visites de châteaux de la Loire et deux restos pas dégueus, une récente semaine de vacances dans la région Centre a été l’occasion pour Chérie et moi-même de tomber complètement par hasard sur une exposition fort sympatoche se déroulant depuis le 8 février dernier (et jusqu’au 29 mars).

Sobrement intitulée « Geek Generation – Tous geeks ? », une telle dénomination, pour le moins passe-partout autant que peu inspirée, ne laissait pourtant rien présager de bien folichon et/ou original. Pour être parfaitement honnête, je m’attendais à un énième entreposage sans fond ni maîtrise du sujet afin d’appâter le chaland dans les murs d’une obscure médiathèque en mal de fréquentation.

« Geek Generation », donc, s’expose à la médiathèque de Bourges, boulevard Lamarck, sans que le flyer déniché par hasard n’en dise beaucoup plus quant à son contenu et son sujet. Curieux malgré tout, Chérie et moi nous sommes rendus sur place, sans grand espoir il faut l’avouer (et conscients de notre faiblesse manifeste, même en vacances, face à tout événement, tout culturel soit-il, de nos terrains d’intérêts communs…).

Nous engouffrant donc au sein de cette médiathèque plutôt agréable, nous sommes accueillis par un Iron Man grandeur nature en pleine forme, et une vitrine « patchwork » gavée de petits jouets relatifs aux univers communément associés aux amateurs de geekeries en tout genre. Jolie entrée en matière, quoiqu’un peu facile.

0304 05

Nous entrons alors dans le vif du sujet. L’expo tenait dans une seule grande pièce proposant une sorte de petit parcours parsemé d’affiches explicatives, reprenant des extraits d’ouvrages qu’il est bon de voir cités, d’œuvres graphiques inédites réalisées par des artistes très imprégnés de toutes les cultures geeks, de figurines, de photographies, de reproductions d’objets fétiches… Ca n’a l’air de rien comme ça, mais la mise en avant de tous ces objets étaient suffisamment convaincante pour retenir le simple curieux autant que le connaisseur puriste. L’oreille avisée pouvait même repérer quelques thèmes musicaux diffusés en fond sonore issus de monuments vidéoludiques de l’arcade et de l’époque 8 et 16-BIT.

DSCN1267DSCN1328

DSCN1302 (1)

 Mais c’est avant tout la fantastique galerie d’œuvres originales dédiées à l’exposition qui a retenu mon attention. Evidemment, j’ai bavé et lâché une larme devant l’autel – il n’y a pas d’autre mot – élevé en l’honneur de Doctor Who ; j’ai frémi face aux figurines de Broly et de Lightening ; j’ai évidemment souri face aux reproductions de certaines icônes et scènes emblématiques de Star Wars en Légo. Mais ce sont ces affiches sublimissimes, complètement ancrées dans la culture – LES cultureS ! – geeks, s’en inspirant, s’en imprégnant, s’en servant, les sublimant, le tout au service d’une création artistique dans laquelle chacun des visiteurs, de 7 à 77 ans (j’exagère à peine) se retrouvera. Mention particulière pour Orioto, artiste français dont j’avais déjà entendu parler, et dont j’ai découvert le splendide « Gamers failing », véritable ode chronologique à tous les souvenirs vidéoludiques qui ont façonné les joueurs que nous sommes devenus (scrollez en fin d’article pour découvrir des liens qui vont permettrons de découvrir également le travail d’Orioto).

17

Un autre gros point fort de cette courte expo concernait l’évidente implication de ses organisateurs quant à la documentation effectuée pour sa réalisation. Comme je le disais en introduction, je craignais, avec un intitulé un peu bateau, qu’il ne s’agisse que d’un bête et méchant étal de divers objets, sans fond et à la forme limitée et vue mille fois. Or, il suffit de jeter un œil sur le tableau de remerciements et sur les quelques ouvrages empruntés à la médiathèque proposés à la lecture sur place pour se rendre compte que les choses ont été faites avec sérieux et véritables travail d’investigation. Le tout pour, je le répète, convenir à la fois aux visiteurs complètement étranger aux univers geeks, aux novices de la discipline, et aux pratiquants hardcore. Quel plaisir de voir exposé le sublimissime « Geek – La revanche » de Nicolas BEAUJOUAN ainsi que « Culture geek » de David PEYRON ! Des ouvrages dont je ne saurais que trop conseiller la lecture pour découvrir ou parfaire vos connaissances en matière d’histoire des-dites cultures.

Expo (89)Expo (90)Expo (91)

Au final, nous avons pu découvrir une exposition certes limitée dans l’espace, mais extrêmement bien pensée, documentée, et accessible. Les sources, les objets, les œuvres, l’ambiance musicale, tout dans le fond et la forme ne peut que me pousser à inciter tout le monde à découvrir d’urgence ce « Geek Generation » de qualité, épaulé par des commerces spécialisés locaux et des artistes talentueux.

~~ Les liens à utiliser d’urgence ~~

La galerie photos complètes de l’expo par les soins (amateurs) de votre serviteur.

Le programme complet de l’expo et des événements liés de la Médiathèque de Bourges.

Le site Geekartstore, proposant à la vente toutes les œuvres exposées à la Médiathèque.

La page Geekartstore, toujours, concernant là mon oeuvre préférée signée Orioto, que votre humble serviteur s’est offert en édition Deluxe.

Concernant Orioto (oui, j’aime beaucoup ce qu’il fait, et j’assume de faire sa pub !), vous trouverez ICI son Tumblr, ICI son Deviant-Art, ICI son FaceBook, et l’ensemble de ses œuvres disponibles à la vente sur RedBubble ICI MÊME.

La vision de l’expo par Chérie alias Gameuzz sur son blog.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box